• PROBLEMES POUR LA SCENE ELECTRONIQUE !

    1) ANNULATIONS DE SOIREES TECHNO : des exemples caricaturaux de la situation actuelle

    2) RENDEZ VOUS MINISTERE de l'INTÉRIEUR : des propositions intéressantes

    3) MANIFESTATION EN SEPTEMBRE : VENEZ TOUS !

    Comme dit dans la précédente newsletter, nous avons décidé de faire une lettre spéciale d'information sur le sujet des soirées techno dites officielles, parce que légales, qui ont subi pressions et / ou annulations.
    En effet, revoilà l'été et son flot d'annulations abusives ! En l'espace de quelques jours, l'association Technopol a été sollicitée par 5 structures organisatrices pour des problèmes de dernières minutes.
    Ci- dessous un bref rapport de la situation.


    1) ANNULATIONS

    ">DE SOIREES TECHNO

    - Annulation abusive du festival Eklecty-k !

    Prévu les 3 et 4 juillet dans la Meuse

    Technopol est sollicité le 25 juin par les organisateurs d'Eklypse production qui souhaitent organiser un festival au Lac de Madine (dans la Meuse) les 3 et 4 juillet. Les organisateurs font toutes les démarches nécessaires et obtiennent toutes les autorisations demandées. Le 25 mai, la mairie leur délivre l'autorisation de débit de boisson temporaire. Le 25 juin, retournement de situation, la mairie, par arrêté municipal, annule la soirée au motif de « trouble à l'ordre public » ! La commission de sécurité du 23 juin signale seulement qu'il manque du personnel de sécurité et de Croix Rouge, ce à quoi les organisateurs répondent qu'ils sont prêts à faire le nécessaire pour y pallier.

    Technopol a contacté le ministère de l'Intérieur, monsieur De Lhermite, qui est en charge du dossier techno. Ce dernier a appelé le directeur de cabinet du préfet de la Meuse afin qu'il entame un dialogue avec les organisateurs. Mais rien n'y a fait. Le festival est annulé. Technopol a également été contacté par le directeur de cabinet de la préfecture de la Meuse. La conversation que nous avons eue avec lui est caricaturale. Selon les pouvoirs publics, le festival était susceptible de se transformer en teknival ou, comme ils disent en « rave party » géante. Les autorités ont notamment été affolées quand elles ont su que la soirée était référencée sur les sites « planet-tekno.com » et « illegal-party.com ». Malgré nos explications, la préfecture de la Meuse a jugé qu'il était impossible d'autoriser ce festival. Il a ainsi dit aux organisateurs qu'elle restait prête à étudier un autre projet de soirée techno à une autre date et dans un autre lieu.

    Pour Eclypse Productions : 8 000 € de frais engagés, toute la communication sur les bras (affiches et flyers...) !

    Ils font donc un référé contre la mairie pour demander réparation.

    Conclusion : cette annulation prouve combien il est temps de communiquer envers les Maires !

    - Annulation du festival « Le bonheur est dans le pré-lectronique ».

    Soirée prévue le 9, 10 et 11 juillet dans les Bouches du Rhône.

    Usual Division, société organisatrice avec licence d'entrepreneur de spectacle, a également subi une confusion entre organisateurs entrant dans cadre du décret du 3 mai 2002 et organisateurs professionnels.
    Alors que les organisateurs faisaient les démarches depuis le mois de janvier dernier, la mairie a finalement écrit à la préfecture pour dire que le festival était dans le cadre du décret, et qu'elle s'y opposait fermement, au motif que la commune de Fos sur Mer avait déjà vécu 4 rassemblements de ce type (cf teknival).
    La préfecture, quant a elle, a refusé de donner son accord puisque la marie ne donnait pas le sien. Finalement, le matin du 9 juillet, la préfecture se décharge de toute responsabilité dans cet événement puisqu'il ne s'agit pas d'une « rave party » ! Pour information, Usual Division avait qualifié la fête d'événement pluriculturel. Après avoir tenté de joindre le médiateur « rave » des Bouches du Rhône, Technopol a informé le Ministère de l'Intérieur de cette nouvelle annulation.
    Quelques heures plus tard, le coup de fil passé au ministère donne des résultats : la préfecture rappelle les organisateurs. Elle ne s'oppose pas à la tenue du festival, ne fera intervenir aucune force de police...mais ne donne pas son accord écrit. Revirement de situation, le Port Autonome de Marseille, propriétaire du terrain loué par Usual Division, plutôt conciliant depuis le début, ne peut prendre le risque d'accueillir ce festival sans l'accord ni de la mairie ni de la préfecture. La soirée semble annulée pour de bon mais le samedi à 13h, le maire de Fos sur Mer, ayant reçu de nombreux courriers et appels, a rappelé les organisateurs pour présenter ses excuses. Le maire a pris sous son entière responsabilité l'annulation du festival. Il a demandé aux organisateurs d'installer une scène pour le soir même afin d'accueillir les personnes qui allaient venir de toute la France. La soirée s'est déroulée au Cratère du Ventilon à Fos-sur-Mer. Le prix d'entrée a été baissé à 5 euros.
    Conclusion : un exemple caricatural de confusion entre soirée officielle et « free party » par les pouvoirs publics. Beaucoup de temps perdu et d'énergies, et malheureusement des pertes financières importantes pour Usual Division.

    - Soirée « Hypnotik » à Vénerieu.

    Soirée prévue le 13 juillet. (Isère)

    Torpedo Evénementiel, organisateur constitué en société et disposant de la licence d'entrepreneur de spectacle, a signé la charte de bonne conduite, qui est indiquée en annexe du susdit maudit décret du 3 mai 2002. Or, un organisateur avec licence d'entrepreneur de spectacle n'entre pas dans le champ d'application du décret ! Cet amalgame (idiot) a valu à l'organisateur de voir son dossier bloqué en préfecture. L'association Technopol en a informé le Ministère de l'Intérieur et a appelé le médiateur de l'Isère. Technopol avait déjà eu l'occasion de rencontrer ce médiateur lors d'une réunion de concertation entre les organisateurs Hadra et les pouvoirs publics en juin 2003. Le médiateur a fait avancer le dossier. Finalement, le dossier des organisateurs n'est plus bloqué. La soirée devrait pouvoir se faire.

    - Pas de terrain pour Noise factory : Soirée prévue le 17 juillet. (Limousin)

    L'association Noise Factory a bien du mal à organiser sa soirée (dans cadre du décret). Dans le Limousin, il n'y pas de terrain pour les accueillir ! Le médiateur que nous avons contacté avoue qu'il n'a aucune solution à leur donner sauf de déplacer leur soirée dans un autre département ou alors profiter de terrains communaux mais là-dessus c'est les mairies qui décident !


    2) RENDEZ VOUS MINISTERE INTERIEUR

    8 juillet 2004 / Technopol rencontre le ministère de l'Intérieur :

    A peine 1 mois après notre premier rendez-vous au ministère, Technopol a demandé à rencontrer en urgence la personne qui s'occupe de notre dossier : Monsieur De Lhermite.

    L'association Technopol a rappelé qu'il était paradoxal qu'à l'heure actuelle des organisateurs professionnels ne puissent réussir à organiser leurs événements, et ce principalement parce que leurs interlocuteurs, préfectures et/ou maires, n'arrivent pas encore à discerner les spécificités et différences entre catégories d'organisateurs. Les organisateurs professionnels subissent l'amalgame avec la scène free sans pour autant bénéficier par ailleurs d'un système où la préfecture va les aider dans leurs projets. Technopol a annoncé au Ministère que nous allions prendre contact avec l'Association des Maires de France afin de leur expliciter la situation, leur rappeler les différentes formes
    de fêtes et les catégories d'organisateurs.

    S'agissant d'apporter ici des solutions, le ministère de l'Intérieur et Technopol se sont entendus sur plusieurs propositions.

    A savoir :

    - rappeler en septembre aux préfets lors d'une réunion avec le Ministre ou par écrit, les différentes catégories d'organisateurs, l'existence de la circulaire de 1998 ainsi que le cadre d'application du décret du 3 mai 2002 et globalement de faciliter le dialogue entre organisateurs professionnels et médiateurs ;
    - profiter des "stages" donnés aux nouveaux directeurs de cabinet de préfecture pour expliquer et faire passer ce message de dialogue et de concertation ;
    (Pour information, les médiateurs, souvent des directeurs de cabinet en préfecture, ne sont en poste que pour 1 an environ moins, ce qui nécessite que régulièrement leur soit fait un briefing sur le sujet des soirées techno.)
    - réaliser un "guide méthodologique" à l'attention des élus qui expliciterait la position du Ministère de l'Intérieur, qui rappellerait la réglementation et les différentes catégories d'organisateurs. Ce "guide" devrait voir le jour avant la fin de l'année.
    Sur ce dernier point, Technopol souhaiterait pouvoir participer à la relecture de ce document.
    L'ensemble de ces propositions correspond selon nous à favoriser la mise en place d'un dialogue constructif avec les pouvoirs publics mais aussi à travailler en faveur d'événements « techno » qui concilient à la fois un souci d'ordre public et l'expression d'une musique, d'une culture et d'un mouvement.



    3) TOUS A LA PARADE POUR MANIFESTER NOTRE RAS LE BOL

    La prochaine Techno Parade qui se déroulera le samedi 18 septembre sera l'occasion unique de montrer le ras le bol de la scène électronique.

    TECHNOPOL APPELLE TOUS LES ORGANISATEURS, ARTISTES, ACTEURS DES MUSIQUES ELECTRONIQUES A SE JOINDRE AU CORTEGE DE LA PARADE.

    CAMION, BUS, VOITURES, VELOS, CHARRETTES et AUTRES VEHICULES NON IDENTIFIES...VENEZ COMME VOUS LE VOULEZ POUR FAIRE DU BRUIT, POUR MANIFESTER ENSEMBLE ET EN DANSANT ! !!!!

    REVEILLEZ VOUS ! CA CRAINT !!!!!!!!!!!!!

    Pour vous joindre au cortège et avoir les détails de l'organisation : technoparade@technopol.net

    TECHNOPOL
    17, rue de l'échiquier
    75010 Paris
    tel : 01 42 47 84 75
    Fax: 01 42 47 03 03
    www.technopol.net

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :